La côte Caraïbe rime avec soleil et plages bordées d’eaux cristallines, mais pas que ! Elle est également le berceau culturel de la Colombie et le lieu de vie de nombreuses populations d’origines variées. La côte caribéenne a longtemps été la porte d’entrée des conquistadors espagnols vers toute la Colombie et un lieu privilégié du commerce triangulaire et de la traite esclavagiste.

Carthagène des Indes, ou « la perle des Caraïbes » est l’une des plus belles villes coloniales d’Amérique du Sud. Fondée en 1533, elle possède d’incroyables maisons colorées datant de plus de 400 ans. Dans l’histoire, Carthagène devient rapidement un port de première importance attirant colons et pirates et causant de nombreuses attaques qui détruisirent une grande partie de la ville. A la fin du 16e s., de remarquables fortifications furent créées autour de la ville. Au 17e s., elle devint le plus grand port négrier d’Amérique du Sud. Puis, elle fut reconnue comme ciudad heroica lorsqu’elle fut la première à proclamer son indépendance face à la domination espagnole.  Carthagène des Indes, par sa richesse et son incroyable architecture, est inscrite au Patrimoine Historique de l’Humanité à l’UNESCO depuis 1985. La ville fortifiée est composée de deux quartiers principaux : el Centro et Getsemani.

Ci-dessous, les principaux endroits à visiter. La liste est loin d’être exhaustive.

– El Centro : quartier le plus visité de la vieille ville, rassemble les principaux monuments historiques

Puerta del Reloj

Autrefois entrée principale de Carthagène, cette imposante porte est incrustée dans les murailles. La tour, d’origine républicaine, et est agrémentée d’une horloge à quatre cadrans datant de 1888.

Plaza de los Coches

La jolie place des carrosses est bordée par les remparts et les édifices coloniaux impeccablement restaurés. Sous les arcades prénommées Portal de los Dulces se trouvent des petits stands de confiseries caribéennes.

Place et Eglise San Pedro Claver

Pedro Claver Corbero est l’apôtre des esclaves noirs, il a consacré 40 ans de sa vie aux droits des hommes et a aidé les déportés d’Afrique. C’est le premier saint du Nouveau Monde. L’église a été édifiée en 1580 et possède une imposante façade en pierre de style baroque sur une place occupée par de nombreuses sculptures de fer.

Plaza de Santo Domingo

Place très touristique de Carthagène des Indes, elle est occupée par l’une des plus vieilles églises de la ville, de nombreuses terrasses de restaurants et de jolies balcons fleuris de demeures coloniales. On y trouve également la statue de « la grosse dame » du célèbre artiste Fernando Botero.

Plaza de Bolivar

Anciennement la Plaza de la Inquisicion, cette petite place ombragée est agrémentée de palmiers, lauriers, badamiers, ainsi que de certains des plus beaux édifices coloniaux à balcons de la ville. On y trouve notamment le palais de l’inquisition, qui, à l’époque de la colonisation, avait pour rôle d’éradiquer l’hérésie de la ville. Aujourd’hui c’est un musée à visiter. Une statue du célèbre libérateur Simon Bolivar se dresse également au milieu de la place.

Cathédrale de Santa Catalina de Alejandria

Son dôme aux teintes douces domine la ville fortifiée. Il s’agit d’une des premières cathédrales d’Amérique latine. Sa construction démarra en 1575 sur l’emplacement d’une modeste église faite de paille et de roseaux.

Plaza Fernandez de Madrid

On y accède au gré d’une balade dans Carthagène en remontant la jolie calle del Curato, bordée de maisons coloniales aux couleurs pastel. La Place est l’endroit où furent tournées de nombreuses scènes du film “L’Amour aux Temps du Choléra”, d’après le roman de Gabriel Garcia Marquez, en face la belle église de Santo Toribio.

Plazuela de San Diego

Voici une autre place charmante de Carthagène, ombragée et encerclée par des maisons coloniales aux balcons fleuris. On y trouve l’un des plus beaux hôtels luxueux du monde : Le Santa Clara qui occupe un ancien couvent restauré.

Plaza de la Aduana

Littéralement “la place de la douane”, elle regroupait à l’époque coloniale les principaux bâtiments gouvernementaux et administratifs. Ce qui étais jadis le bureau de la douane royale a été restauré en un hôtel de ville. Au centre de la place, vous pourrez admirer une statue du célèbre Christophe Colomb.

La Popa

À 148 m de haut, cette colline est le point culminant de Carthagène. Elle a l’allure d’une poupe (la partie arrière d’un navire), d’où son nom de Popa. Là haut, vous pouvez visiter le “couvent de la poupe”, qui possède un charmant patio fleuri ainsi qu’une belle représentation de la Virgen de la Candelaria, sainte patronne de la ville.

 

Castillo San Felipe de Barajas

Cette forteresse fut construite au 17e s. et constituait la pièce maîtresse de la défense de la ville. Située en haut de la colline San Lazaro, elle est la plus grande forteresse jamais construite par les Espagnols dans leurs colonies. Malgré de nombreux assauts, le fort est toujours restée imprenable.

Bocagrande

Sur la péninsule au sud de la vielle ville, s’étend le luxueux quartier de Bocagrande, très convoité par les Colombiens pour la proximité des plages. Les paysages font penser à la Costa Brava en Espagne avec les nombreux immeubles modernes qui revêtent le front de mer. 

– Le quartier de Getsemani, situé à seulement 5 min à pied du centre de la ville historique

Quartier de Getsemani

Moins surprenant que le centre historique au niveau architectural, le quartier de Getsemani était autrefois habité par les classes populaires. Aujourd’hui, c’est un lieu animé où on trouve la plupart des hostels et des bars dansants. 

Plaza Trinidad

La place est dominée par l’église de la Santisima Trinidad qui possède une belle charpente apparente et des piliers de corail. Située au centre de Getsemani, le soir, elle est animée par des artistes de rue. Depuis la place, débute la charmante calle del Pozo bordée de maisons aux façades pastel croulant sous les bougainvillées.

Plazuela del Pozo

C’est l’un des lieux les plus typiques de Carthagène. A l’époque coloniale, elle fut témoin de conflits sanglants entre les “gens de la mer”, les personnes de l’Arsenal et celles de la Playa de la Barahona. Au 19è s., elle est redevenu un centre animé et aujourd’hui, elle est occupée par de drôles de sculptures en fer illustrant des scènes familières.

Mompox est une petite ville coloniale extrêmement charmante de la côte caribéenne. Elle est située à 248 km au sud-est de Carthagène des Indes. Avec ses églises colorées et ses façades délavées, Mompox fait penser à la Havane. Etant plutôt vers l’intérieur des terres, sur les berges du rio Magdalena, la petite ville occupait une place commerciale stratégique à l’époque coloniale, idéalement placée sur la route fluviale reliant l’Equateur à Carthagène des Indes. Vous serez très certainement séduits par son centre historique qui a fortement inspiré le réalisme magique décrit par le célèbre auteur Colombien, Gabriel Garcia Marquez dans “Cent Ans de Solitude”. Mompox attire autant les amateurs d’histoire, de littérature, d’architecture et de Nature.

Iglesia de Santa Barbara

L’église datant de 1613 est située au bord du fleuve Magdalena et fait partie des plus beaux édifices de la ville. Elle est ornée de griffons et de lions ainsi que d’un clocher insolite, entouré de balcons.

Casa de la Aduana

L’ancienne maison des douanes, également appelée le vieux marché, possède deux entrées. Celle de derrière donne directement sur les berges du fleuve permettant de faire débarquer les marchandises. C’est ici que s’entassaient des amas d’or, d’argent et d’autres richesses colombiennes, à l’époque.

Cienaga de Pijiño

Mompox est cernée de marécages et de petits cours d’eaux. Lors d’une navigation au travers cette dense végétation, vous aurez la chance d’observer diverses espèces d’oiseaux, des reptiles voire des singes.

Cimetière de Mompox

Aussi étrange que cela puisse paraître, le cimetière fait partie des sites à ne pas manquer si vous visitez la ravissante ville de Mompox. Et pour cause ! Il possède une architecture admirable, les tombes et monuments rendant hommage aux défunts sont entièrement habillés en blanc, les fleurs sont de toutes les couleurs, etc. Par ailleurs, vous constaterez que de nombreux chats ont élu domicile dans ce cimetière, serait-ce pour l’amabilité de ses touristes ?

L’artisanat en filigrane

La spécialité de Mompox est l’artisanat en filigrane. Ce sont des oeuvres ajourées faites de fils d’or, d’argent, de verre, etc, entrelacés et soudés légèrement qui forment de très jolis motifs authentiques.

Santa Marta est la plus ancienne ville espagnole d’Amérique du Sud. Bien avant l’arrivée des conquistadors, la région était le fief de la civilisation Tayrona. En 1525, les Espagnols choisissent d’y bâtir la ville de Santa Marta afin de conquérir les trésors Tayrona, réputés inestimables. La ville joua un rôle majeur dans la colonisation du pays, grâce au rio Magdalena, principale voie de communication avec l’intérieur des terres et porte d’accès pour les expéditions vers Bogota. Pillée à de nombreuses reprises par les pirates, Santa Marta ne jouit pas d’une illustre histoire coloniale. La ville est toutefois célèbre pour être le lieu où mourut le héros Simon Bolivar en 1830, véritable libérateur de l’Amérique latine colonisée. Santa Marta cache un petit cœur colonial, où il est agréable de s’y perdre, vous trouverez de belles maisons coloniales et quelques édifices religieux d’époque.

Musée de l’Or Tayrona

Le musée possède une riche exposition de poteries et d’objets en or des civilisations précolombiennes Nahuangue et Tayrona.

Cathédrale de Santa Marta

Cette imposante église blanche est connue sous le nom de Basilica Menor, elle est la première église colombienne. Simon Bolivar y fut inhumé avant d’être rendu à son pays d’origine, le Vénézuela.

Quinta de San Pedro Alejandrino

Excentrée du centre-ville, ce vaste domaine est un monument national à Simon Bolivar. Son musée explique le développement et les mouvements d’indépendance en Amérique du Sud. C’est dans cette hacienda que mourut le célèbre héro Simon Bolivar. On y trouve également un superbe jardin botanique peuplé d’iguanes.