Quatre communautés indigènes distinctes mais apparentées, vivent sur les versants de la Sierra Nevada de Santa Marta, massif montagneux isolé situé au nord de la Colombie: les Arhuaco (ou Ika), les Kankuamo, les Kogi/Koguis et les Wiwa.

Ce sont les ancêtres desTayrona vivant dans la Cité Perdue. On reconnaît aisément ces 4 peuples indigènes puisqu’ils sont tous vêtus de blanc. Certains portent des chapeaux notamment les chefs ( les Arhuacos – chapeaux blancs coniques -, les Wiwas – chapeaux borsalinos-). Le peuple Wayuu est quant à lui, présent dans le désert de Guajira, sité extrême Nord-Est de la Colombie), vivant en clan dans leurs rancheria (maison typique Wayuu).

Chaque communauté indigène possède une mochila (sac en bandoulière traditionnel) en coton ou en fibre de sisal, aux couleurs et motifs différents. Tissés généralement par les femmes, ce produit artisanal représente pour ces peuples l’origine du monde…

Les Arhuacos

Cette tribu de plus de 20 000 personnes est connue pour être un peuple pacifiste. Elle vit de l’agriculture et du tissage des mochilas. De couleur beige, ces sacs traditionnels sont rayés avec des motifs gris, marron et noir.

Les Kankuamos

Tout comme les autres, ce peuple hautement spirituel porte un grand respect pour les forces de la Nature. Leur culture étant presque éteinte, ils tentent désormais de récupérer leur territoire.

Les Koguis

Vivant depuis plus de 500 ans dans la Sierra Nevada, les 10 000 individus vivent principalement de l’agriculture bovine et de la culture du café. Ils mènent une vie simple et spirituelle, c’est la communauté qui a gardé le plus ses coutumes et traditions, refusant toute forme de modernité. Ils se considèrent comme les gardiens de la Terre. Ils aiment toutefois partager leurs valeurs et traditions avec les hommes « modernes » dans le but de renouer avec l’harmonie du Monde.

Les Wiwas

Cette ethnie d’environ 15 000 personnes, vit en relaiton avec la Natrure se donnant la mission de maintenir l’équilibre de l’univers en protégeant la Terre (le cœur du monde). Les Wiwas vivent de l’agriculture, de l’artisanat et produit de la panela.

Les Wayúus

C’est la communauté la plus nombreuse avec 500 000 indigènes se dédiant à l’élevage de chèvre, à la pêche et au tissage de mochilas et de chinchorros (hamac) aux couleurs vives. Les femmes, ayant une place centrale au sein du clan, sont indépendantes et ont un caractère fort. Ce sont elles qui transmettent leur savoir. Elles portent de belles tuniques colorées et se mettent de la terre séchée sur le visage en guide de masque protecteur contre le soleil.